Texte de l'appel à communications

Interrogée récemment à l’occasion du 25e anniversaire de la mort de Simone de Beauvoir, Geneviève Fraisse, à la question « Pourquoi l’homme est-il dispensé d’écrire sur son sexe ? », répond : « Simone de Beauvoir ne dispense pas les hommes, elle dit qu’ils n’auraient pas ‘l’idée’ d’écrire… ».[1] Le masculin apparaît ici comme, pour ainsi dire, neutre, se présente comme naturel, donné et donc non interrogeable, comme l’écrivait déjà Beauvoir dans l’introduction du Deuxième Sexe (« Qu’il soit homme, cela va de soi. »)[2]. Or si l’on part du principe que le genre est construction socio-culturelle[3], cela doit aussi s’appliquer aux hommes. Inge Stephan avait constaté dans les années 1990 que les études sur le « premier sexe » se trouvaient dans un « angle mort » de la recherche universitaire.[4] Les perspectives, depuis, se sont multipliées, mais les études de genre demeurent encore peu représentées dans l’université française, en particulier dans le domaine des littératures, et a fortiori en dehors des études féministes. En effet, comme le notent David Halperin et Rostom Mesli à propos des travaux de Gayle Rubin,[5] cette dernière a à cœur d’ancrer les études de genre dans les sciences sociales car, dans le monde académique anglo-saxon, elles ont été quasiment accaparées par les études littéraires.[6] Or c’est l’inverse en France : les études de genre, arrivées quelque deux décennies plus tard et encore en cours d’institutionnalisation, sont presque confinées aux sciences sociales et trop peu représentées dans les études littéraires.

 

 

Le colloque se propose d’envisager ainsi les écritures du masculin sur une perspective diachronique dans les littératures occidentales, en privilégiant les formes narratives.

 

Plutôt que d’opposer d’emblée masculin et féminin pour analyser le premier terme en partant du principe d’une domination du premier sur le second (même si cette question ne sera pas exclue), il semble productif d’étudier le masculin pour le montrer comme non homogène ,dans ses différenciations internes, en s’inspirant notamment des travaux, sociologiques, de Connell[7], des notions d’homme « construit » (constructed man) et d’hégémonies masculines.

Les questions d’identités de genre, les incertitudes sur le genre, les représentations de l’homosexualité masculine, sont particulièrement présentes, explicitement, dans la littérature des 20e et 21e siècles au fur et à mesure d’évolutions sociales et de la thématisation de ces questions dans le débat public. Mais outre ces représentations contemporaines ou récentes, on s’intéressera donc aussi aux hiérarchies internes du masculin et à leur fictionnalisation au cours de l’histoire dans leur rapport à l’autorité : rapports de domination, élaboration des modèles dominants et leurs représentations, stratégies narratives, positions auctoriales et notamment représentations non-conventionnelles du masculin à l’intérieur même de genres littéraires ou dans le contexte de canons promouvant en apparence des modèles figés. On rappellera le début de « La littérature et la vie » dans Critique et clinique de Gilles Deleuze : « Écrire n’est certainement pas imposer une forme (d’expression) à une matière vécue. La littérature est plutôt du côté de l’informe, ou de l’inachèvement […]. L’écriture est inséparable du devenir : en écrivant, on devient-femme, on devient-animal ou végétal […]. Le devenir ne va pas dans l’autre sens, et l’on ne devient pas Homme, pour autant que l’homme se présente comme une forme d’expression dominante qui prétend s’imposer à toute matière, tandis que femme, animal ou molécule ont toujours une composante de fuite qui se dérobe à leur propre formalisation. La honte d’être un homme, y a-t-il une meilleure raison d’écrire ? »[8]



[1] « La raison des femmes est l’enjeu de la modernité », Le Monde, 16 avril 2011, p. 20. Voir Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, Paris, Gallimard, 1949 (collection « Idées »), p. 14.

[2] « L’homme représente à la fois le positif et le neutre. », Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, Paris, Gallimard, 1949 (collection « Idées »), p. 14.

[3] Judith Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, trad. Cynthia Kraus, préface d’Éric Fassin, Paris, La Découverte, 2005.

[4] Inge Stephan : « Im toten Winkel. Die Neuentdeckung des ‘ersten Geschlechts’ durch men’s studies und Männlichkeitsforschung », in Claudia Benthien, Inge Stephan (dir.): Männlichkeit als Maskerade. Kulturelle Inszenierungen vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Köln/Wien : Böhlau, p. 11-35.

[5] David Halperin et Rostom Mesli, « ‘Notre amie Gayle Rubin’ », in Gayle Rubin, Surveiller et jouir, textes réunis et édités par Rostom Mesli, Paris, EPEL, 2010, p. 20.

[6] Une constatation analogue peut être faite pour l’Allemagne (voir par exemple Männer und Geschlecht. Freiburger Geschlechter-Studien 21, 2007). – Voir aussi Anne Tomiche et Pierre Zoberman (dir.), Littérature et identités sexuelles, Nîmes, Champ social, 2007. – Pour des exemples d’études universitaires américaines appliquées à la question de l’homosexualité en littérature, voir François Cusset, Queer Critics. La littérature française déshabillée par ses homo-lecteurs, Paris, PUF, « Perspectives critiques », 2002.

[7] R.W. Connell : Masculinities, Cambridge: Polity Press, 1995. Voir aussi, pour les masculinités dans la littérature de langue allemande Roy Jerome (ed.), Conceptions of Postwar German Masculinity, New York, Suny Press, 2001.

[8] Gilles Deleuze, « La littérature et la vie », in Critique et clinique [1978], p. 11.

[9] On pose ici le principe que l’homme (man) étant contraint par les stéréotypes du masculin, il est aussi plus ouvertement exposé aux échecs et aux lois socio-économiques. Voir sur cepoint les mots de Walter Benjamin à propos du Mahagonny de Brecht : « Les ‘hommes de Mahagonny’ forment une troupe d’excentriques. Seuls les hommes sont des excentriques. C’est seulement chez des sujets auxquels dès l’origine est attribuée la puissance virile que peut être démontré sans limite jusqu’à quel degré les réflexes humains naturels ont été émoussés par l’existence dans la société d’aujourd’hui. L’excentrique n’est rien d’autre que l’homme moyen vidé de sa substance. » Voir aussi les travaux classiques de Klaus Theweleit, Männerphantasien. 1. Frauen, Fluten, Körper, Geschichte ; 2. Männerkörper – Zur Psychoanalyse des Weißen Terrors, Frankfurt a.M., Roter Stern, 1977 et 1978.

Philippe Blanchard

Au nom du père

(2007)

Service simple et gratuit

Créer un site web facilement